Pénurie de maïs dans le Grand Katanga et Kasaï : selon le gouvernement, «il s’observe une baisse sensible du prix de sac de farine de maïs sur le marché local, à la suite des mesures adoptées»

Lors de la 99e réunion du Conseil des ministres, le VPM, ministre de l’économie nationale Vital Kamerhe a informé que, les mesures récemment adoptées pour faire face à la crise du maïs dans le grand Kasaï et le grand Katanga, “ont commencé à produire leurs effets”. Dzns son compte rendu, le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya, parle d’une baisse sensible du prix du sac de farine de maïs sur le marché local.

« Avant de clôturer la réunion de ce jour, le Président de la République, Chef de l’État a accordé la parole au VPM, ministre de l’économie nationale qui a informé le Conseil que les mesures gouvernementales récemment adoptées pour juguler la crise du maïs dans le Grand Katanga et Grand Kasaï ont commencé à produire leurs effets. Il s’observe depuis quelques heures une baisse sensible du prix de sac de farine de maïs sur le marché local », renseigne le compte rendu de la réunion tenue vendredi 19 mai 2023.

Afin de résorber la crise de la farine de maïs au centre et au sud-est de la RDC, le gouvernement congolais a annoncé, qu’il va accorder une sorte d’amnistie totale sur le plan fiscal. Ici il y’a lieu d’appliquer une politique de « taxe zéro » pour les importations. Sur la même optique, un plan d’urgence d’accroissement de la production de maïs est annoncé. Ce plan sera exécuté parallèlement à celui de ramassage de la production dans le Grand Katanga et le Grand Kasaï, en plus de l’accompagnement des privés dans l’opération d’importation en RSA et Zambie.


Au total, le besoin estimé pour les régions du centre et du sud-est de la RDC est d’environ un million de tonnes de farine, selon le gouvernement. La production locale ne couvre que 25% du besoin annuel. Ainsi, il se dégage un déficit de 750 000 tonnes. Vital Kamerhe a de plus aussi déploré « une fiscalité toxique et une parafiscalité étouffante » qui contribuent à la crise.


Depuis plus d’un mois maintenant, le sac de 25 kilos de farine de maïs se négocie entre 75 à 100.000 francs congolais, dans la région du Katanga qui fait face à une crise criante de maïs. Pour trouver des voies et moyens et mettre fin à ce problème, une mission gouvernementale vient d’être effectuée dans le Grand Katanga et à l’étranger.


Bien avant le déplacement sur terrain, le vice-premier ministre et ministre de l’Economie, Vital Kamerhe avait attribué en conseil des ministres vendredi 21 avril 2023 la hausse du prix du maïs à la faible production locale de ce produit agricole.

En rapport avec la faible production locale, Vital Kamerhe avait noté plusieurs autres causes exogènes dont la réduction de l’offre zambienne et le coût élevé d’importation de cette denrée d’Afrique du Sud, et la détérioration du climat dans la région. A cette question de rareté de maïs au pays, Il avait assuré travailler, au niveau de la commission économique et financière du gouvernement pour apporter une solution.



La rédaction

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :